l\'indigné

Le crime était presque parfait

Le crime était presque parfait

On aime beaucoup Film de suspense réalisé en 1954 par Alfred Hitchcock

 
Dimanche 30 décembre de 20:45 à 22:25 sur Arte
Voir dans la grille
 

Tony Wendice, un homme oisif et sportif, découvre que sa femme, Margot, a un amant. Sans complexe, il décide de la faire supprimer, afin de devenir un veuf éploré et très riche. Méticuleusement, il prépare le crime et paie Lesgate, un de ses camarades d'enfance, pour qu'il assassine Margot et lui fournisse en même temps un solide alibi. Il organise son départ du domicile et cache un double des clefs sous le tapis d'une marche du perron, afin que son complice puisse entrer dans l'appartement. Mais le plan ne se déroule pas comme prévu, et Lesgate est tué par Margot. Au vu des preuves accablantes qui pèsent contre son épouse, Tony change son fusil d'épaule et tente de la faire accuser du meurtre de Lesgate...

Le Crime était presque parfait ( bande annonce VO ... :

LA CRITIQUE TV DE TELERAMA DU 29/01/2011

On aime beaucoup Film d'Alfred Hitchcock (Dial M for murder, USA, 1954). Scénario : Frederick Knott, d'après sa pièce. Image : Robert Burks. Musique : Dimitri Tiomkin. 105 mn. VM. Avec Grace Kelly, Ray Milland, Robert Cummings, John Williams, Anthony Dawson.

 

Genre : policier.

 

Le crime était presque parfait (Extrait) - videos.arte.tv

La scène est à jamais célèbre : Grace Kelly, assaillie dans son appartement par un tueur (payé par son mari), saisit à tâtons une paire de ciseaux, qu'elle plonge dans le dos de son agresseur... Le film fut tourné en relief, mais a rarement été projeté ainsi, en France du moins. Tournage rapide (trente-deux jours), durant lequel Hitchcock, qui détestait aérer artificiellement les huis clos, s'efforça au contraire d'accentuer le côté théâtral de la pièce de Frederick Knott (celui-ci écrira plus tard un autre succès, Seule dans la nuit, porté à l'écran par Terence Young avec Audrey Hepburn). Ainsi le procès de Grace Kelly est-il filmé sur un fond neutre, avec des lumières tournoyant derrière elle. Et non pas dans une salle de tribunal réaliste : « Le public se serait mis à tousser et aurait pensé : voilà un deuxième film qui commence », a expliqué Hitchcock...

 

Film mineur, mais rudement distrayant tout de même, et passionnant, sur l'un des thèmes les plus obsessionnels de Hitchcock : l'innocence face au Mal, constamment menaçant.

Pierre Murat


30/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres